Skip to Main Content
It looks like you're using Internet Explorer 11 or older. This website works best with modern browsers such as the latest versions of Chrome, Firefox, Safari, and Edge. If you continue with this browser, you may see unexpected results.

French: Improve Your Grammar

Ce guide fournit des explications courtes et des exemples sur les propositions subordonnées

Dans la phrase complexe, la proposition dépendante de la proposition principale est appelée la proposition subordonnée. 

Ce guide fournit des explications courtes et des exemples sur : 

  1. Les propositions subordonnées conjonctives
  2. Les propositions subordonnées relatives
  3. Les propositions subordonnées infinitives
  4. Les propositions subordonnées participiales
  5. Les propositions subordonnées interrogatives indirectes

Les propositions subordonnées conjonctives

Elles sont introduites par une conjonction de subordination et peuvent être complétives ou circonstancielles.

Les propositions subordonnées conjonctives complétives

Elles sont introduites par «(guillemet ouvrant) que »(guillemet fermant) et elles suivent un verbe (left paren)(espérer, croire, penser, …)(right paren)

Exemple : Je pense qu’il faut agir pour sauver les abeilles.

Il est important d’indiquer que lorsque le verbe de la proposition principale est à la forme interrogative ou négative, le verbe de la subordonnée sera conjugué au subjonctif. 

Exemple : Voulez-vous que nous achetions des croissants pour le petit-déjeuner ?

Les propositions subordonnées conjonctives circonstancielles

Elles sont introduites par des conjonctions ou des locutions conjonctives qui peuvent exprimer 1. le temps, 2. la cause, 3. l’hypothèse.

Exemples : 

  1. Dès que tu auras fini ta rédaction, je pourrais t’aider à corriger ta grammaire. 
  2. Il a manqué son rendez-vous parce qu’il était préoccupé par sa rédaction.
  3. Si tu ne peux pas être présente à ton rendez-vous, tu devrais appeler la secrétaire pour annuler.

Les propositions subordonnées conjonctives circonstancielles sont détaillées ci-dessous. 

1. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de temps

La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de temps (left paren)(ou la proposition subordonnée de temps)(right paren) utilise différentes conjonctions et locutions conjonctives en fonction de la chronologie des évènements de la phrase. 

Les actions de la principale et celle de la subordonnée sont simultanées : quand, lorsque, pendant que, tandis que, dès que, comme (left paren)(plus indicatif)(right paren) 

Exemple : Je lis un roman pendant que je prends ma pause déjeuner.

L’action de la subordonnée se situe avant celle de la principale : après que, une fois que, depuis que, aussitôt que, dès que (plus indicatif)(right paren) 

Exemple : Une fois que tu as compris cette règle de grammaire, tu ne commettras plus cette erreur.

L’action de la subordonnée se situe après celle de la principale : avant que, jusqu’à ce que, d’ici (left paren)(à ce)(right paren) que, en attendant que (left paren)(plus subjonctif)(right paren) 

Exemple : Avant que je puisse lui dire au revoir, mon ami avait quitté la salle de classe.

2. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de cause

La proposition subordonnée de cause est introduite par: Parce que, comme, puisque, vu que, étant donné que, sous prétexte que... 

Exemple : Comme tu as un devoir à finir pour demain matin, tu es dispensé de tâches ménagères pour ce soir.

3. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de conséquence

La proposition subordonnée de conséquence est toujours introduite après la proposition principale par : de sorte que, de manière que, au point que, si bien que (left paren)(plus indicatif)(right paren)

Exemple : Le chef est malade, de sorte que le souper de ce soir est annulé.

La locution conjonctive peut être présente dès la proposition principale avec les locutions conjonctive suivantes : si… que, tellement… tant, d’autant plus… que (left paren)(plus indicatif)(right paren), trop (left paren)(de)(right paren)… pour que (left paren)(plus subjonctif)(right paren).  

Exemple : Ce dessert est tellement bon que la voisine en a commandé trois pour sa fête d’anniversaire.

4. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de but

La proposition subordonnée de but est introduite par: Pour que, afin que, de manière à ce que (left paren)(plus subjonctif)(right paren) 

Exemple : Le professeur a insisté pour que je lui remette mon devoir vendredi.

5. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de comparaison

La proposition subordonnée de comparaison est introduite par : comme, de même que, ainsi que... 

Exemple : J’ai préparé le gâteau au chocolat, comme ma grand-mère me l’avait appris.

En fonction des conjonctions de subordination utilisées, la proposition subordonnée de comparaison peut exprimer 1. l'égalité, 2. l'inégalité ou 3. la proportion. 

  1. Elle permet d'exprimer l’égalité entre la principale et la subordonnée : Aussi… que, autant… que, tel… que, le même… que
    Exemple : Il s’agit des mêmes erreurs que j’ai commises dans mon premier devoir.
  2. Elle permet d'exprimer l’inégalité : Plus… que, moins… que, autre… que
    Exemple : Le français est une langue moins difficile à apprendre que je ne pensais.
  3. Elle permet d'exprimer la proportion : D’autant plus… que
    Exemple : L’agriculture est d’autant plus précise que les technologies évoluent.

6. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle d’opposition

La proposition subordonnée d'opposition permet d'indiquer un fait en contradiction avec la proposition principale (left paren)(opposition forte)(right paren) ou d'apporter une atténuation des faits exposés dans la proposition principale (left paren)(opposition faible)(right paren).  

  1. Opposition forte : alors que, tandis que, excepté que, sauf que, (left paren)(plus indicatif)(right paren), sans que (left paren)(plus subjonctif)(right paren)
    Exemple : J’ai rendu le devoir a temps, sauf que je n’ai pas traité la troisième question.
  2. Opposition faible : bien que, quoique (left paren)(plus subjonctif)(right paren)
    Exemple : Bien qu’il ne soit pas très patient, il est brillant et il remplirait ce rôle à merveille.

7. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de condition

La proposition subordonnée de condition est introduite par : si, au cas où, à supposer que, pour peu que, pourvu que, à moins que, à condition que (left paren)(plus subjonctif)(right paren).

Exemple : A moins que vous ne soyez très exigeants, je vous conseillerais ce petit restaurant.

Elle peut aussi être introduite par : quand même, même quand, quand, quand bien même (left paren)(plus subjonctif)(right paren).

Exemple : Quand bien même je pourrais finir ce devoir-là, il m’en reste encore trois autres à finir pour lundi.

La proposition subordonnée relative

Elle est souvent introduite par un pronom relatif. Elle est le plus souvent l’expansion d’un nom (left paren)(ou d’un pronom)(right paren) qui la précède qu’on appelle l’antécédent.

Les pronoms relatifs peuvent être : qui, que, quoi, dont, ou, lequel, laquelle, duquel, de laquelle, auquel, à laquelle…

Dans les exemples ci-dessous, les pronoms relatifs sont indiqués en gras. L'antécédant précède directement le pronom relatif. 

Exemples avec auquel, dont et qui: 

  • Le film auquel je pense est un chef d’œuvre cinématographique.
  • Le manuel dont j’ai besoin se trouve dans le tiroir de la commode.
  • Les faits dont tu me parles ce sont déroulés après la Révolution française.
  • La façon dont tu me parles.
  • J’ai préparé ce repas spécialement pour toi qui ne manges pas de viande.

Attention, la proposition subordonnée relative doit directement suivre l’antécédent . On n’écrit pas : J’ai cueilli une rose dans le jardin de ma grand-mère qui avait un parfum extraordinaire. Mais on écrit : J’ai cueilli une rose qui avait un parfum extraordinaire dans le jardin de ma grand-mère. En effet, dans le premier cas, il semble qu'il s'agirait de la grand-mère au parfum extraordinaire et non de la rose. 

Il existe deux types de propositions subordonnées relatives : les déterminatives et explicatives.

Les propositions subordonnées relatives déterminatives sont indispensables pour donner du sens à la phrase.

Exemple : Décrivez cinq femmes qui ont métamorphosé l’art au XXème siècle.

Les propositions subordonnées relatives explicatives, quant à elles, peuvent être supprimées car elles n’apportent pas d’informations nécessaires pour établir le sens de la phrase. Elle sont placées entre parenthèses. 

Exemple : Ce roman, qui a été écrit dans la deuxième moitié du XXème siècle, traite des inégalités entre les sexes.

La proposition subordonnée infinitive 

Les propositions subordonnées infinitives sont des propositions complétives complément d’objet direct (left paren)(COD)(right paren) avec un verbe à l’infinitif. Elles ne sont pas introduites par un mot subordonnant.  

Exemple : Je regarde voler les oiseaux. Je regarde voler QUOI ?  Les oiseaux. Les oiseaux sont donc COD. 

Elles se rencontrent après les verbes voir, regarder, apercevoir, entendre, écouter, sentir, laisser, empêcher, envoyer, faire… 

La proposition subordonnée participiale 

La proposition subordonnée participiale est une proposition subordonnée dans laquelle le sujet du verbe est diffèrent de celui de la principale. Elle n'est pas introduite par un mot subordonnant.   

Elle peut exprimer:  

  1. La cause : L’école a signalé que les cours seraient annulés vendredi, une réunion pédagogique étant organisée pour les professeurs.  
  2. Le temps : Le devoir remis au professeurs, les vacances peuvent commencer. 
  3. La condition :  Les conditions météo le permettant, nous partirons en randonnée pour la journée dimanche.  

La proposition subordonnée interrogative indirecte

La proposition subordonnée interrogative indirecte est introduite par un déterminant (left paren)(quel, quelles...)(right paren), un pronom (left paren)(qui, lequel, de quoi...)(right paren) ou un adverbe interrogatif (left paren)(quand, comment, pourquoi...)(right paren). Elle sert à poser une question indirecte. 

Exemple : Je me demande pourquoi mon amie était fatiguée ce matin. 

Suggest an edit to this guide

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.